• MaTerreNelle

Comment accepter de ne pas plaire à tout le monde ?

Dernière mise à jour : févr. 12


maman index hésitant accepter de ne pas plaire à tout le monde

« Vouloir être quelqu’un d’autre, c’est gâcher la personne que vous êtes. » Marilyn Monroe



Plaire, lorsqu’ils sont petits, les enfants s’en fichent complètement. Ils n’ont que faire de savoir s’ils plaisent aux voisins et aux copains, ils vivent leur vie au jour le jour sans se tracasser du regard des autres. Ils comprennent vite qu’il existe des différences entre eux mais il faut quelques années avant qu’ils soient vraiment en compétition les uns avec les autres. D’ailleurs, ils sont souvent beaucoup plus enclins à accepter ces différences, sans que cela ne leur pose autant de problèmes qu’aux adultes.

Alors qu’ils commencent à devenir adolescents, les jeunes entrent dans le monde de « comment vais-je faire pour rentrer dans le moule ? ». À cet âge, il convient alors d’être habillé comme tout le monde, d’avoir les mêmes crayons que tout le monde, d’avoir un téléphone portable comme tout le monde et surtout, surtout ne rien faire pour sortir du rang! Les différences de rangs sociaux commencent à être davantage visibles et ceux qui ne sont pas dans l’air du temps peuvent se faire mettre à l’écart, voir même harceler...

Une fois adultes, certaines personnes ont encore bien du mal à se défaire de tous ces préjugés, de ce regard pesant des autres sur eux-mêmes et de ses « qu’en-dira-t-on » au sujet de leur dernière apparition sociale. Que va-t-on penser si je porte une robe sans collant cet hiver ? Que va-t-on penser si je laisse les cheveux longs à mon fils ? Que va-t-on penser si je m’habille chic pour aller au parc avec mes enfants ? Que va-t-on penser si je porte des couleurs alors que je viens de perdre un proche ? Que va-t-on penser si je dépose mes enfants à l’école en pantalon de jogging ? C’est sans cesse une nécessité d’être en conformité avec une norme imposée par la société. Mais sachez qu’être « normal » ne veut absolument rien dire, c’est un terme tellement subjectif.

Normal est un mot tellement personnel, tellement impersonnel… Ma normalité n'est pas la tienne et c'est ok. Et inversement et c'est ok. Peut-être (re)venir à ce qui fait sens pour nous, ce qui est essence pour nous, dans le respect et la bienveillance pour soi et pour les autres... Vivre pleinement et ne pas se contenter d'exister, oser cultiver son unicité

Il se trouve que plaire à tout le monde est essentiellement le fruit de trois besoins :

– Être aimé : tout le monde envie d’être aimé : c’est l’essence même de l’être humain. Vous appréciez être aimée pour ce que vous faites, ce que vous dites, comme si vous aviez besoin d’être validée dans chacune des étapes de votre vie. Bien entendu, cela est encore plus vrai alors qu’il y a des liens affectifs.

– Être apprécié : cela va dans la continuité d’être aimé. Il vous semble important que toutes les facettes de votre vie soient dignes d’intérêt et plaisent à votre entourage. Certaines personnes ne mettent en place des projets que dans ce but. Peu importe si cela leur plaît à elles-mêmes, elles ont besoin de se sentir reconnues par leurs pairs.

– Appartenir à un groupe : à l’image des adolescents qui peuvent commencer à fumer juste pour faire parti de la bande, certains adultes ont toujours besoin de briller pour entrer dans un club privé, pour être autorisé à donner son avis à la machine à café, pour paraître une mère parfaite au square…

N’oubliez pas que la perfection vise très souvent à cacher l’imperfection en réalité. Dans le cas précédemment énoncé, sachez que cette maman ne vous donne à voir qu’une fenêtre sur sa réalité à cet instant précis : peut-être que chez elle l’attend une énorme pile de linge, une maison non rangée, sa vaisselle qui joue à Tétris, des tâches administratives encore en vrac… Mais vous, vous ne verrez que cette mère bien habillée, qui ne dit pas un mot plus haut que l’autre sur ses enfants et qui semble être super zen ! Seulement voilà, c’est pile à ce moment précis que vous commencez à culpabiliser parce que vous, vous n’êtes pas la mère parfaite !

Je vais vous raconter un morceau de mon histoire : j’ai travaillé dans la mode et pourtant, je ne l’ai jamais suivie, arborée, revêtue ! Certaines personnes ne semblaient pas trouver cela juste, je devais porter sur moi tout l’art de mon métier. Mais, déjà à cette époque, je m’en fichais complètement de ce que pouvaient bien penser les autres. Comme je vous le disais plus haut, alors que j’avais vécu un deuil, j’ai porté des vêtements colorés, comme à mon habitude, sans rien changer. Là encore, certaines personnes semblaient outrées : et si, moi j’avais décidé que cette personne défunte valait bien toutes les couleurs du monde ? Je suis quelqu’un qui aime la couleur et pour moi, c’était avant tout un hommage de continuer à la porter ces jours-là…

Voici trois raisons qui vous aideront à accepter de ne pas plaire à tout le monde :

– Oser, c’est se distinguer ! Si vous osez sortir du rang, c’est alors que les gens verront votre véritable identité et que vous pourrez marquer les esprits par votre unicité. Votre entourage pourra remarquer que vous avez telle ou telle habilité, telle ou telle connaissance, telle ou telle compétence et pourra vous donner les moyens de vous épanouir à travers celles-ci.

– Oser, c’est filtrer ses ennemis ! En effet, si des personnes n’apprécient pas vos dires, vos actions, vos intentions, le tri est vite fait… et ce n’est pas grave ! C’est justement une excellente chose, rien ne sert de continuer sa vie avec des gens qui ne veulent pas votre bonheur. Si l’on ne peut comprendre votre franchise (respectueuse), c’est bien dommage.

– Oser, c’est attirer ceux qui vous ressemblent ! Réalisé dans l’étape précédente, ce tri vous permettra donc de rester proche des gens qui ont les mêmes valeurs, les mêmes atouts et les mêmes désirs que vous, pour aller de l’avant. Vous n’aurez pas besoin de vous défendre ni de tergiverser, vous vous comprendrez davantage instantanément et ainsi vous aurez une vie plus sereine.

Si vous le souhaitez, je vous propose un challenge, un premier pas pour sortir de votre zone familière : essayez aujourd’hui de vous coiffer différemment, de vous couper les cheveux, de vous habiller plus colorée si vous avez l’habitude du noir, d’oser prendre un temps en solo même quand votre famille est présente à la maison… tout ceci contribue à cultiver ces différences qui font de vous un être unique. Osez aujourd’hui quelque chose de nouveau, ne serait-ce qu’un premier petit pas qui sera juste là pour vous dire : c’est possible, je le fais et je m’en fiche du regard des autres !Aujourd’hui, ouvrez une nouvelle page du livre de votre vie !

Comme je l’ai commencé, je terminerai cet article par une autre citation de Marilyn Monroe : « Je ne me soucie pas de vivre dans un monde d’hommes, si je peux y être une femme. » C’est avec un petit peu de féminisme que je vous laisse et surtout en vous transmettant beaucoup de confiance en vous. Croyez en vous et vous vous détacherez de l’impact que les autres ont sur votre existence. Acceptez enfin de ne pas plaire à tout le monde !

Si vous pensez qu’une amie-maman peut être intéressée par ces astuces pour enfin oser être elle-même en public, partagez-lui cet article.

Si cela est difficile pour vous d’avancer dans vos projets sans vous dire « et si…, si jamais…, que va dire… », si vous rêvez de vous détacher enfin des « on-dit » pour être pleinement vous, envoyez-moi un message sur contact@materrenelle.com ou directement sur le site ici.


Vous pouvez aussi retrouver cet article en version vidéo avec d'autres idées sur la chaîne Youtube de MaTerreNelle : accepter de ne pas plaire à tout le monde

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout