• MaTerreNelle

Oser être mère au foyer !

Dernière mise à jour : 24 nov. 2020


une mère au foyer et son fils soufflent des bulles colorées

Ne croyez pas trouver ici des bons filons pour devenir une mère au foyer exemplaire, ou encore résoudre toute l’éducation de vos enfants, d’un coup de baguette magique : ici, on en rigole, on aurait même l’impression que l’on vit dans le même salon ^^


Même si le monde va mal, j’ai décidé d’aller bien !


Et puis, on est toutes différentes, par envie, par choix, par obligation : il y a celles qui sont dans leur foyer le matin, le soir, la nuit, le week-end et celles qui ne le quittent que pour des sorties occasionnelles ou autres réjouissances enfantines !

Une pile de jouets qui traînent, on culbute dessus, et hop, accident de Lego© : on va en avoir des trucs à raconter ! Des moments passionnants, agréables avec les enfants : chouette la vie ! Tellement de choses à en dire !

En positif ou négatif, la vie à la maison n’est pas de tout repos ! Alors, certes, beaucoup pensent encore que la mère au foyer ne fait rien et glande toute la journée, d’autres les imaginent, le turban sur la tête, les manches relevées et le nez dans la serpillière, d’autres encore en déesse hathor, aux multiples bras tous occupés, mais qu’en est-il vraiment ? Qui osera lever ce mystère ou briser le mythe ?!


" Nous n’avons pas besoin d’être parfait, mais seulement d’être nous-mêmes "

Oser être mère au foyer, c’est cela :

  • se lever tous les jours pour emmener les enfants à l’école qu’il vente, pleuve ou neige … accessoirement s’il fait soleil, c’est encore mieux !

  • tenter de prendre un petit déjeuner, au milieu des miettes de pain, des restes de céréales écrasées qui collent aux chaussons, des fonds de chocolat dont les tasses laissent de belles auréoles sur votre nappe jadis blanche !

  • finir son thé froid et se jurer que le lendemain, on ne vous y reprendra plus !

  • gérer la séance habillage, entre celui qui a perdu sa chaussette, celle qui veut à tout pris mettre sa culotte rose à pois et celui qui aime sa couche bien chargée et odorante et n’a pas envie de la changer !

  • courir pour arriver à l’heure en classe, alors qu’ils sont debout deux heures plus tôt et ont même pris le temps de dessiner une oeuvre d’art pour la maîtresse sur un vieux papier recyclé, avec votre facture téléphonique au dos !

  • les récupérer le midi et leur dire 101 fois « dépêche toi, tu ne vas pas avoir de récré avec les copains ! » ou laisser les grands à la cantine et manger avec le plus jeune, dont n’importe qui peut deviner la place qu’il occupait pour son repas, tant la chaise est design spaghetti et sauce dernier cri !

  • avoir à priori un temps de pause, pendant sa sieste, mais c’était sans compter sur le linge à laver, à étendre, à plier, à ranger, le sol, la vaisselle, (**) … et on remet ça !

  • quand vous pouvez à peine vous asseoir 5 min, c’est pour trouver votre ordi qui avance au pas, comme les tortues de la chanson, tellement vous habitez à 1000 lieues de la borne wifi, dans le dernier village à droite, au fond du champ !

  • réveil et goûter, gâteau écrasé, chocolat sucé et fondu sur le canapé, feutres sans bouchons et gobelet renversé (car oui, même si c’est contre votre éthique écolo-tralalo-rustico, vous avez gardé les verres de cristal, pour plus tard, à la maison de retraite et opté pour du bon vieux plastique, et chacun sa couleur : gare à celui qui se trompe !), et quelques crises « pour enfiler son manteau » plus tard, vous repartez pour l’école (et oui, quatre heures et demi, c’est si vite arrivé …)

  • retrouver la troupe, pour vous raconter leurs bagarres, leur menu ou s’étriper oralement pour savoir qui aura le privilège d’aller chercher le courrier, mais … pas leurs journées !

  • ensuite vient l’épopée des leçons, entre ceux qui en ont et ne veulent pas les faire, ceux qui n’en n’ont pas et voudraient en avoir, ceux qui crient trop fort et empêchent les autres d’apprendre la dernière poésie à la mode ou de lire la superbe histoire, inventée par l’instituteur

  • gros rush : qui va se déshabiller en premier ? lesquels ne peuvent pas être ensemble dans la salle de bain, sous peine de ressortir les vêtements en morceaux ? qui a encore lancé ses chaussons à deux doigts de la cuvette des wc (ouverte, bien sûr, sinon c’est pas drôle !) ?

  • enfin, l’heure du repas approche, vous appelez vos enfants au moins une bonne demi-douzaine de fois pour passer à table, ils vous répondent au moins autant de fois « attend, je finis ceci ! attend, je regarde encore cela ! » et après un lavage de mains qui ressemble à une prise d’otage, un passage aux toilettes tellement rapide que même Flash ne fait pas le poids, vous pouvez enfin servir le dîner, qui est peut-être encore chaud, si vous êtes chanceux !

  • alors, vous avez deux options : soit « j’adore » et j’en reprends 15 coups, quitte à ne pas en laisser pour mon frère, ou soit « gros beurk » et là, deux heures plus tard, on négocie encore le nombre de bouchées qu’il reste à déglutir péniblement !

  • pour clôturer la journée, vient l’heure rêvée du coucher : entre l’histoire pas assez longue, le pipi raté qu’on doit sans cesse recommencer, le verre d’eau sans fond et le dernier sirop en vogue pour matou, on désespère de pouvoir commencer son film à l’heure !

  • et quand le calme est enfin revenu, il reste encore ((**) se conformer aux astérisques plus haut ^^) … Bonne nuit ! (enfin, quand vous n’êtes pas partagé entre gastro-rhino-lolo-popo …)


"Vouloir combiner maternité et perfection, c’est se rendre malheureuse et risquer de devenir un dictateur dans son foyer "

Mais,

Oser être mère au foyer, c’est aussi :

  • attendre avec joie un enfant, ce petit être, et le voir naître et grandir dans ses bras, près de soi, en famille …

  • sentir son odeur, son petit cou tout chaud …

  • profiter ensemble de doux moments de proximité et donner la tétée …

  • dormir en peau-à-peau, lovés l’un contre l’autre …

  • les premiers apprentissages : marche, pot, gazouillis, dessins …

  • quand il dit « maman « ou « papa », pour la première fois …

  • sa petite quenotte, juste là devant, quand il sourit …

  • toutes ces fois où les petits veulent imiter les plus grands …

  • ses doux bisous qui se transforment en « mis qui sonnent » …

  • son émerveillement incessant des choses qui l’entourent …

  • tous les essais plus ou moins réussis, pour faire « tout seul » …

  • les dimanches matins où ils nous rejoignent dans le lit …

  • ces enlacements autour de la taille, quand ils sont plus grands …

  • les histoires du soir, que chacun choisit à tour de rôle …

  • les précieux moments en famille, juste entre nous …

  • ces phrases de personnes extérieures, comme « ils sont vraiment gentils vos enfants », et là, on se dit « qu’on n’a pas tout loupé » ! ouf !!!

Bon, c’est vrai, on ne va pas se se mentir, parfois, quand on est fatigué, éreinté, rincé, délavé, on a du mal à voir le vase à moitié plein … Mais vraiment, les enfants sont notre plus grande joie, et qui osera me dire qu’ils ne leur manquent pas, quand ils sont chez Papy et Mamie, juste pour le week-end !


"Pour ne pas avoir le moral dans les chaussettes, n’en portez pas "


Alors, je sais, j’ose le dire et surtout j’assume : je suis mère poule, maman dans mon foyer, et j’ai vraiment l’impression qu’il me manque un bras, quand je fais exceptionnellement les courses, sans mon petit dernier ! Et même si cela ne n’apporte quasiment rien financièrement, le bonheur des moments partagés vaut tout l’or du monde ! (toutefois, si quelqu’un me propose un chèque avec plein de zéros derrière, je ne suis pas contre ^^)

Et si la clef d’une vie familiale épanouie, c’était tout simplement d’aimer cette vie, avec ses hauts parfois décapants, revigorants ou émouvants et ses bas parfois rageants, attristants ou larmoyants … De se dire que l’on est là où l’on doit être, ici et maintenant, ni plus ni moins, avec ce que nous sommes : notre histoire, nos envies, nos goûts, nos choix et nos idées … Nous sommes ASSEZ !


"Heureux sont ceux qui prennent la vie jour après jour, se plaignent peu et ont de la gratitude pour les petites choses de l’existence "

Osez être mère au foyer en journée, osez être mère au foyer du matin, du soir et du week-end, osez et prenez soin de vous ! Et n’oubliez pas : vous n’êtes pas la dernière roue du carrosse, vous en êtes le cocher ! En selle !

Une maman sait toujours au fond d’elle-même ce qui est bon pour elle et son entourage … faites-vous confiance ^^. "Quand Maman va, tout va!"


Tu peux lire aussi sur le même sujet : "Non, foyer n'est pas un gros mot"


Reprendre confiance en soi dans son foyer, si vous voulez, on en parle ici !


Crédit citations : Internet

9 vues0 commentaire